Si seulement j’avais eu un appareil photo antichoc…

De nos jours, les appareils photo sont pour la plupart très couteux et la moindre chute peut leurs être fatale. S’il existe des appareils compact sur le marché permettant de faire des rushs en toutes conditions, il est déjà important de savoir comment protéger au mieux son propre appareil.

Comment éviter le drame ?

Il existe bon nombre d’astuces pour anticiper et diminuer au maximum le risque de chute de votre boitier.

La sangle !

Utilisez votre sangle. Il s’agit d’un accessoire systématiquement fourni et clairement indispensable. Si vous avez l’habitude de voir des photographes tenir leur caillou à bout de bras, sachez que les imiter ne vous rendra pas plus professionnel et n’aura pour seule incidence que l’augmentation du risque de chute de votre précieux.

Investissez dans un bon trépied.

Il existe beaucoup de trépieds différents le prix pouvant considérablement varier. Vous pourrez en trouver entre 40 et 500 euros voir plus ! La première chose à vérifier lorsque vous vous apprêtez à acheter un trépied est de regarder la charge (poids) maximum que ce dernier peut supporter. Un trépied d’entrée de gamme vous garantiras en général une tolérance d’un kilo tandis qu’un bon trépied supportera trois kilos au minimum. Si votre boitier excède la valeur dite, il y a fort à parier que celui ci basculera jusqu’a se heurter contre le sol.

Les accessoires.

Comment transportez vous votre appareil ?Une sacoche vous permet de protéger en même temps, votre boitier, votre objectif et peut être même plus en fonction de la sacoche. Elle est rembourrée et les compartiments sont séparés rendant la collision de vos outils impossible. Des coques en silicone existent également. De la même manière que pour les smartphones, il vous faudra trouver celle qui sera adaptée à votre model. Si par malheur votre boitier vient à chuter, la coque réduira considérablement le choc de l’impact ce qui n’est pas à négliger.

Mon boitier est tombé ! Que faire ?

Commencez par faire un état des lieux.Allumez votre boitier et vérifiez si tout est fonctionnel en photo comme en vidéo. En cas de difficulté de mise au point, essayez en reliant votre boitier à un autre objectif. Si la difficulté persiste, essayez de relier l’objectif qui à chuté avec un autre boitier. Cela vous aidera à définir ce qui est à réparer.

Les appareils compact

Il existe toute une panoplie de nouveaux appareils adaptés aux conditions hostiles. Prenons pour exemple le Nikon Coolpix W300Cet appareil est à mon sens le compact le plus intéressant en terme de résistance. Si vous ne possédez pas encore d’appareil photo et que vous cherchez avant tout un compagnon taillé pour l’aventure le voici ! Ses performances sont proches d’un réflex malgré sa taille. En revanche, il est étanche (jusqu’à 30mètre), il résiste aux chutes, au gel et à la poussière. Son prix est d’environs 400euros soit deux fois moins cher qu’un bon réflex, ce qui en fait une bonne alternative.

En conclusion

Vous êtes déjà détenteur d’un réflex, mieux vaut prévenir que guérir. Investissez dans le matériel qui protégera votre boitier ainsi que votre objectif. Ce sont des accessoires qui vous serviront sur le long terme et qui ne peuvent que rallonger l’espérance de vie de votre matériel de photo. L’investissement sera toujours moins important que si vous deviez racheter un boitier ou un objectif.

Si vous n’avez pas d’appareil mais que vous souhaitez vous tourner vers de l’antichoc, il va falloir se tourner vers les appareils compact qui eux sont bien plus souvent étudiés pour être plus petits, légers et solides.

En revanche les appareils compact de nos jours ne vous offrent pas la même palette de réglages ni la même qualité que peut le faire un appareil photo réflex.

Fixez vos besoins, choisissez bien mais surtout, prenez en soin.